L'hygiène alimentaire

Publié le par Isis

Les calories

Les boissons

Les alcools

Les apéritifs

Les vins

La bière

Les jus de fruits

Les boissons hypocaloriques dites « light »

Les boissons gazeuses

 

. Un soda est un mélange de sirop ou d’extraits naturels avec de l’eau, des bulles, du saccharose, additionné d’une pincée de E330, d’acide citrique, d’une bouffée de CO2. En général, un verre de soda, ¼ de litre, apporte l’équivalent de 6 morceaux de sucre. Outre qu’elles sont désaltérantes, elles sont plus que déconseillées aux diabétiques et aux obèses . elles sont faites la plus part du temps avec des jus de fruits allongés d’eau et additionnés de plusieurs édulcorants de synthèse aspartam, saccharine, acésulfame…. Elles peuvent aider à réduire la quantité de sucre lors d’un régime, à condition de ne pas en boire davantage sous prétexte qu’elles sont light, car cela reviendrait au même . Ils proviennent de la pression de fruits frais et non fermentés. Leur valeur alimentaire est comparable à celle des fruits dont ils sont extraits. Mais il faut se méfier des jus vendus dans le commerce et qui sont coupés à l’eau. Il faut bien lire les étiquettes. Quant aux boissons au jus de fruits, elles ne contiennent que 12% de fruits. Du jus de fruits sans sucre signifie qu’il n’y a pas eu d’ajout de sucre. Elles titrent entre 2° et 8°. C’est une boisson énergétique qui apporte 40g de sucre / litre, des vitamines et des sels minéraux . Ils contiennent des sels minéraux, des oligo-éléments, des vitamines et des tanins. Le vin est cependant calorique. Normalement, deux vins par jour, absorbés pendant un repas, et dans un maximum de 10 verres par semaine ne devraient pas faire de mal pour la ligne, mais attention à la santé. Ils contiennent en moyenne 20° par litre et ne sont pas aussi apéritifs que leur nom l’indique; ils doivent être pris exceptionnellement. Chaque terroir a son alcool qui titre autour de 40°. Qu’il s’agisse d’eaux de vie en provenance de céréales de fruits ou de tubercules, ils ont perdu toutes leurs qualités nutritives. Leur seule propriété est d’apporter des calories vides. A supprimer lors d’un régime amaigrissant ou d’entretien de la ligne

Les légumes

Ils sont riches en vitamines cellulose et sels minéraux. Certains contiennent des sucres et de la chlorophylle en quantité plus importante. Ils sont apures en calories et constituent des aliments de choix pour les régimes hypocalorique. Ils augmentent également le bol alimentaire et facilitent le transit intestinal. Ils sont indispensables à notre équilibre alimentaire.

Les légumes sont peut-être plus beaux que ceux d’autrefois car mieux calibrés mais ils ont souvent moins de goût, ceci parce que l’on a augmenté la culture de primeurs, les rendements et le stockage. La première règle à respecter pour avoir des légumes de bonnes qualités diététiques de bon goût et à prix abordable est de les acheter à la bonne saison.

Les salades

Les légumes farineux

Les légumes secs

. Ils sont composés essentiellement d’amidon et de fibres alimentaires. Ils constituent un apport important de protéines de bonne qualité et ils contiennent peu de graisses. Leur qualité essentielle est d’être riche en phosphore, magnésium calcium, vitamines B1 et B2. On les oublie trop souvent dans l’alimentation. Leur caractéristique est leur richesse en amidon et en sucre. Ils sont donc plus énergétiques mais s’assimilent facilement sans encrasser l’organisme. Les diabétiques ne devront pas oublier de comptabiliser leurs glucides. Leur quantité sera réduite dans le cadre d’un programme amincissant et de remodelage. Légères, on peut en consommer tant que l’on veut, à condition de surveiller l’assaisonnement. Elles se digèrent facilement et sont particulièrement revitalisantes. On peut aussi les manger sans sauce, en accompagnement de certains aliments et en remplacement du pain. Afin qu’elles gardent toutes leurs vitamines, il ne faut pas les laisser tremper dans l’eau ni les laisser séjourner au réfrigérateur trop longtemps

Les nutritionnistes recommandent de consommer au moins deux portions de 50g, poids crus, de légumineuses par semaine. L’idéal est de les associer aux céréales leur protéines se complètent. Les légumes secs seront plus faciles à digérer s’ils proviennent de récolte de l’année. pour faciliter leur digestion, on peut les réduire en purée ou en soupe.


Les matières grasses

Animales ou végétales c’est la nature et la proportion des acides gras qui fait leur différence. Indispensable à notre vie, les matières grasses fournissent 9 calories par gramme, d’énergie ainsi que des substances actives essentielles telles que les acides gras essentiels et les vitamines liposolubles A, D, E, K qui assurent le bon fonctionnement de la membrane cellulaire et la production d’hormones. Lorsque les lipides absorbés dépassent la quantité utile pour assurer ses fonctions, les graisses sont stockées dans le tissu adipeux sous forme de triglycérides qui sont reconverties en cas de besoin.

Le beurre

Les graisses végétales

Les spécialités laitières à tartiner

Les huiles végétales

. Les huiles vierges de première pression à froid sont les plus saines. Chaque huile à sa particularité. Elles ne contiennent en moyenne que 41% de matières grasses. On distingue les spécialités laitières à tartiner à base de matières grasses laitières (beurre et babeurre ou crème et babeurre) et les spécialités laitières à tartiner à base de matières grasses laitières et végétales. Il faut compter environ 40 calories pour 100g . Les graisses solides comme l’huile de coprah, de palme et palmiste contiennent entre 50 et 90% d’acides gras saturés. Il faut en consommer très exceptionnellement. Les autres sont moins lourdes et peuvent s’utiliser un peu plus. C’est le corps gras le plus utilisé en France. Il est très riche en acides gras saturés à hauteur de 59% pour seulement 7% d’acides gras essentiels. Le beurre cru non pasteurisé ou beurre fermier contient de nombreux vitamines A, B1, B2, B3 et E, ainsi que de précieux enzymes comme la lipase. Le beurre provenant de laits récoltés en été est encore plus riche en vitamine A

- Huile d’olive. La meilleure grâce à sa composition en acides gras qui est très proche de celle des acides gras organiques. Elle ne contient que de 12 à 15% d’acides gras essentiels mais 80% d’acide oléique qui a un pouvoir hypocholestérolémiant

- Huile de tournesol. Elle comporte de 60 à 70% d’acides gras essentiels. Son rapport qualité - prix est intéressant

- Huile de carthame. Très riche en acides gras poly insaturés elle a une action antirhumatismale et laxative douce

- Huile de sésame. Elle contient de nombreux oligo-éléments, entre autres du magnésium et de la lécithine

- Huile de soja. Elle ressemble à l’huile de tournesol, mais en plus, elle contient de la lécithine comme anti-cholestérol et 8% d’acide alpha-linolénique. Elle est conseillée pour les diabétiques

- Huile d’arachide. Malheureusement, elle est la plus part du temps raffiné en raison de son goût un peu fort. En première pression à froid, elle est très équilibrée en acides gras

- Huile de noix. La plus riche des huiles alimentaires en acide alpha-linolénique. Elle contient aussi des glucides et des lipides en quantités contrôlées et de nombreux minéraux et vitamines.


Les graisses cachées

Voici quelques repères en grammes:

1 œuf……………………………………………………………………………………………………..5g

100 g de viande: porc, bœuf ou agneau……………………………………………………………18g

100g de volaille…………………………………………………………………………………………9g

100g de poisson…………………………………………………………………………………………3g

1 cuillère de beurre, 14g……………………………………………………………………………..12g

1 cuillère d’huile, 15ml………………………………………………………………………………14g

½ litre de lait entier…………………………………………………………………………………..18g

½ litre de lait écrémé…………………………………………………………………………………10g

100g de fromage………………………………………………………………………………………35g

50g de gruyère………………………………………………………………………………………...16g

1 tranche de pain……………………………………………………………………………………….1g

100g de riz brun………………………………………………………………………………………0.6g

100g de pâtes de blé……………………………………………………………………………….traces


Conseils diététiques

Ne pas faire cuire les corps gras et particulièrement les huiles vierges de première pression. La cuisson génère des composés carbonés et en particulier des goudrons cancérigènes comme le benzopyrène. De plus, la chaleur transforme la qualité des acides gras insaturés qui se comportent ensuite de la même manière que les acides gras saturés.

Enfin, un aliment qui est cuit dans une friture s’entoure d’une pellicule graisseuse que les enzymes et sucs digestifs ont du mal à digérer .

Limiter la consommation de matières grasses à 30% de gras par rapport à la somme des calories consommées dans la journée; soit environ 50 à 70g pour une femme de poids moyen, y compris les graisses cachées .


Diversifier la consommation de matières grasses: beurres et huiles de différentes provenance.

Publié dans Le corps

Commenter cet article